You are currently viewing ORIGINE ET HISTOIRE DE L’ANANAS
John Rose présente un ananas à Charles II

ORIGINE ET HISTOIRE DE L’ANANAS

Histoire de l’ananas

L’ananas possède une histoire très colorée qui remonte à l’époque coloniale. Il est aujourd’hui surnommé le « fruit de la princesse » ou « le roi des fruits ».

Ce fruit tropical serait originaire d’une vaste aire géographique couvrant Amérique du Sud, sud du Brésil, Paraguay et nord de l’Argentine. Plusieurs espèces s’y rencontrent des zones sèches aux forêts humides d’Amazonie. Ce serait via les échanges entre tribus Tupi et Guarani du bassin amazonien et le passement de proche en proche que l’ananas aurait peu à peu gagné l’Amérique Centrale. L’ananas était en tout cas connu et consommé par les Indiens Caraïbes lorsque les Européens arrivèrent dans le Nouveau Monde.

La première référence à l’ananas apparaît dans une lettre écrite par le voyageur italien Michele da Cuneo. Dans cette missive envoyée à Girolamo Aimari le 14 octobre 1495, il raconte sa traversée de l’Atlantique, sa visite des îles d’Amérique centrale et les fruits et plantes observées dont l’ananas qu’il décrit comme ressemblant à un artichaut.

Mais c’est seulement en 1513, avec Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdès, envoyé du Roi d’Espagne dans le Nouveau Monde que la première relation de l’ananas est publiée en 1535 à Séville, accompagnée d’une illustration, dans son «Historia General y Natural de las Indias».

Illustration représentant un ananas – extraite du livre Historia General y Natural de las Indias

Dès le début du XVIe siècle, des références aux arbres, fruits et légumes américains commencent à apparaître dans les lettres, rapports et témoignages des marins, voyageurs et chroniqueurs européens. Cependant, si l’ananas était très apprécié des Amérindiens et des Européens débarquant en Amérique centrale, il était hors de portée de la majorité de ceux qui restaient en Espagne, car il était trop sensible pour survivre à la longue traversée de l’océan.

Christophe Colomb – Hispaniola 1492

Il aurait été introduit sur les marchés européens par Christophe Colomb, qui l’aurait découvert en Guadeloupe en 1493. Il a été surnommé « pina » car il ressemblait beaucoup à une pomme de pin. Il a ensuite été apporté en Espagne depuis la Guadeloupe. Sir Walter Raleigh, célèbre  poète, courtisan, officier et explorateur anglais. était également très intéressé par ce fruit exotique qu’il appelait affectueusement le fruit de la princesse, surnom qu’il conserve encore aujourd’hui. L’intérêt porté à l’introduction de cette broméliacée en Europe a alors commencé.

Cela a pris du temps car les Européens n’étaient pas certains d’avoir les connaissances nécessaires à la culture de ce fruit. Il n’a vraiment fait son apparition en Europe que vers la fin du 16ème siècle. Il a fallu aux Européens près de deux longs siècles pour étudier et apprendre à cultiver cet ananas tant désiré. Une fois en Europe, ce fruit délicieux a fini par se frayer un chemin en Hollande puis en Angleterre où la Princesse de Galles fit construire des serres chauffées pour sa culture.

Plan des serres chaudes à ananas de la Princesse de Galles

La société anglaise fut particulièrement impressionnée par le premier ananas cultivé en Europe par le jardinier royal de Charles II, M. John Rose. Cela inspira Hendrick Danckerts peintre et graveur hollandais qui se lança dans la création d’un tableau en l’honneur de la présentation de ce fruit en 1675. Le très célèbre ananas a ensuite été cultivé en Inde et s’est répandu en Chine. En 1777, il a été introduit dans les îles du Pacifique par le capitaine Cook.

Hendrick Danckerts présente son ananas à Charles II

L’ananas comme source d’inspiration

Les Anglais presque subjugués par ce beau fruit qu’est l’ananas se sont inspiré de son esthétisme dans de multiples réalisations. Ainsi, le roi des fruits fut une source d’inspiration pour les armoiries et a été utilisé comme élément architectural dans les poteries et les jardinières. L’attrait artistique et l’aspect décoratif du fruit exotique gagna en importante et ses représentations furent utilisées dans la création de montants de lit, de nappes, de serviettes, de porte-serviettes, de serre-livres et de bougeoirs. L’ananas était utilisé comme élément de décoration, il était exposé dans un lieu très visible des habitations devenant alors un symbole de bienvenu et de chaleur. Aujourd’hui encore, l’ananas suscite énormément d’intérêt dans le monde entier, où accessoires de décoration et cadeaux sur le thème de l’ananas sont une façon de montrer son hospitalité ou pour honorer ses visiteurs.

Introduction de l’ananas dans les amériques

Les colons importèrent ce fruit délicieux des Caraïbes au 17ème siècle. Il s’est rapidement imposé comme l’un des fruits les plus vénérés par l’aristocratie.

L’importation de l’ananas restait difficile, car les routes commerciales où il devait transiter étaient considérées comme dangereuses, le fait de proposer un fruit aussi rare à ses invités était considéré comme une prouesse. Cette événement était presque exclusivement réservée à la classe aisée, mais il arrivait que ce fruit soit présenté pour élever le rang d’une personne dans la société qui démontrait sa capacité à apporter à la table un fruit aussi somptueux, rare et cher. Son symbolisme a ensuite évolué signifiant alors chaleur et convivialité. Il était la pièce maîtresse des grands banquets proposés par les riches. La maîtresse de maison pouvait se donner énormément de mal pour en présenter un à ses invités et élever le statut social de sa famille. Au delà de leur symbole les ananas apportaient un esthétisme indéniable et rare à cette époque.

L’histoire rapporte que les capitaines de la Nouvelle-Angleterre empalaient un ananas à l’extérieur de leur maison, sur un poteau ou sur leur porte d’entrée, en symbole de retour en toute sécurité après avoir parcouru les routes commerciales périlleuses des Caraïbes ou du Pacifique. Pendant très longtemps Hawaï fut l’un des plus grands producteurs mondiaux d’ananas en conserve. Mais après la deuxième guerre mondiale face au rapide développement de la concurrence de pays, asiatiques surtout et africains, à faible niveau de salaire, la prépondérance hawaïenne s’effrita rapidement, et aujourd’hui les foyers essentiels de production de conserves d’ananas sont en Asie, notamment aux Philippines et en Thaïlande.

L’ananas en France

L’ ananas reste encore rare en Europe au XVIème et XVIIème siècle. Cependant on lui porte une très haute estime au XVIIème siècle ou de nombreux textes en parle comme le roi des fruits (« roy des fruit »). Le R.P. du Tertre dans son «Histoire générale des Antilles habitées par les Français»* voit dans l’aspect même de ce fruit une marque de royauté :

«Je peux à très juste titre appeler l’ananas, le Roy des fruits, parce qu’ il est le plus beau et le meilleur de tous ceux qui sont sur la terre. C’est sans doute pour cette raison que le Roy des Roys lui a mis une couronne sur la tête qui est comme une marque essentielle de sa royauté, puisque à la chute du père, il produit un jeune roy qui lui succédera en toutes ses admirables qualités : il est vrai qu’il y a encore d’autres rejetons en-dessous du fruit, et même au dessous de la tige qui produisent des ananas en bien moins de temps 2 et même avec plus de facilité que celui qui lui sert de couronne, mais il est aussi que le fruit produit par celui-ci est incomparablement plus beau que les autres».

L’ananas était devenu objet de curiosité et un produit de luxe dans le monde tempéré. Il a été connu d’abord en Europe par les fruits ramenés à grand peine depuis l’Amérique, à la cour d’Espagne dès 1535, à celle du Portugal, mais aussi en Angleterre depuis les Antilles (ananas présenté à Cromwell, puis «Queen pine» amené de Barbade pour Charles II, le 19 juillet 1688) et en France.

On dit que le premier à avoir cultivé l’ananas aurait été un marchand hollandais de Leyde, M. Le Cour. En Angleterre en 1712 et à peu près au même moment en France, on parvint à faire mûrir des ananas. Louis XIV lui-même en aurait goûté. L’attrait pour la culture sous serre se maintint au XIXe siècle (Balzac lui-même s’y essaya aux Jardies à Ville d’Avray), et des efforts importants furent faits pour développer l’ananas dans les pays méditerranéens.

Citronnade à l’ ananas – liqueurs briottet

L’ananas dans la décoration

L’ananas commence à faire son apparition dans la décoration d’intérieur au XVIIème siècle. Cette influence a peu à peu déteint sur quelques objets de déco pour enfin s’imposer dans beaucoup de domaines et dans un panel innombrable d’objets de notre quotidien.

Il apparut en premier dans l’architecture d’intérieur. sous la forme de consoles, sculptures, tableaux, papier peints, luminaires… puis en cuisine en tant que porte-serviettes, dessous de plat et même serre-livres dans les bureaux. Au XVIIème siècle l’ananas a commencé à devenir un symbole d’hospitalité, de convivialité et de chaleur. Symbole qu’il conserve encore aujourd’hui. .

Que symbolise l’ananas ?

Peu à peu l’ananas est devenu un symbole d’hospitalité et d’accueil. Offrir un ananas en cadeau est un signe d’amabilité et de bienveillance envers celui ou celle à qui il est destiné. À l’origine, l’ananas était le fruit des aristocrates. Les invités étaient enchantés et honorés lorsqu’un ananas venait à trôner au centre de la salle à manger, cela indiquait le respect et la considération que leur hôte leur témoignait. Les ananas frais étaient accueillis et appréciés comme un dessert coûteux, les chambres avantageusement décorées de motifs d’ananas jusqu’aux montants des lit ou des têtes de lit était considérée comme très luxueuses.

Laisser un commentaire